Ce que j’ai joué cette semaine – Green Rage et Battle Fleet !

Cela fait plusieurs semaines qu’un message WIPTW n’a pas été publié, en raison du travail, et vraiment Trigger Fist ; parce que je ne peux pas m’arrêter d’y jouer ! J’ai réussi à m’éloigner assez longtemps pour aller voir deux autres jeux indépendants très cool qui sont présentés cette semaine, et qui ont tous deux bien joué sur le nouvel iPad mini (un article à ce sujet sera bientôt publié). Quand j’ai commencé cette critique, j’écoutais l’ouragan Sandy qui a fait sortir la merde de ma maison tout en regardant sur le radar des bandes de pluie en spirale sans fin qui arrivaient de l’Atlantique. Mes fenêtres fuyaient, mais les lumières étaient toujours allumées (bien que clignotantes), alors j’avais l’impression d’être sur un de ces vieux cuirassés de la Seconde Guerre mondiale qui naviguent en haute mer dans le Pacifique… un peu comme le jeu auquel je jouais à l’époque ! Un jeu appelé…er, Battle Fleet (transition boiteuse, mais bon, j’ai essayé). L’autre jeu génial présenté cette semaine est un jeu de plateforme totalement original appelé Green Rage. Pensez à une aventure extraterrestre, à un shoot-em-up et à vous comme l’extraterrestre. Ces deux jeux sont à garder, mais Green Rage pour iPad/iPhone ne fonctionne bien que sur les nouveaux appareils/versions iOS (iPad2/3/mini, iPhone 4S/5, et iPod 5), donc je tenais à le souligner avant de m’y plonger. UPDATE 11/6/2012 …Green Rage a été retiré de l’App store par le vendeur (pour réparer quelques trucs), mais reviendra bientôt, donc j’ai tiré les liens ci-dessus… Pour en savoir plus, consultez la revue ci-dessous. Battle Fleet est disponible pour 99 cents demain (11/07/12) grâce à une promotion spéciale de One Dollar Wednesday

Maîtrisez votre iPhone en une minute par jour :

Inscrivez-vous à la newsletter « Tip of the Day » de iphonologie et nous vous enverrons chaque jour un conseil pour gagner du temps et tirer le meilleur parti de votre iPhone ou iPad.

Ok, alors commençons par la Flotte de combat. Je doute qu’il y ait beaucoup de personnes qui n’ont pas fait l’expérience du jeu de la Flotte de combat. Vous et votre adversaire vous retrouvez sur une double grille d’icônes de navires, chacune cachée à la vue de l’autre. Chaque joueur lance à tour de rôle des salves virtuelles sur le navire caché de l’autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que quelqu’un coule les pièces de jeu de l’adversaire. Bship est un jeu d’enfant (voir ma revue de cuirassés sur l’iOS ici), mais il m’a toujours laissé un sentiment d’insatisfaction. Les vaisseaux ne peuvent pas bouger pendant le combat – à moins que vous ne mentiez ou ne trichiez, et allez… qui n’a pas essayé ça plusieurs fois ? C’est drôle quand votre adversaire sait qu’il vient de recevoir un coup, et que vous ne dites rien, héhéhé. Mais crier des numéros de bingo devient un peu fatigant après plusieurs milliers de parties. Battle Fleet est le jeu que vous imaginiez que Battleship pourrait être s’il y avait des iPads et des trucs aussi cool dans les années 70 et 80. Non seulement les navires se déplacent sous votre commandement, mais ils disposent également d’une panoplie d’armes pour faire face à l’ennemi. Bien que Fleet soit basé sur un système de rotation comme Bship, c’est un jeu beaucoup plus dynamique.

Ce que j’aime dans les deux jeux de cette revue, c’est que les développeurs indépendants ont créé de très bons jeux qui ne sont pas trop complexes ou remplis de graphismes époustouflants, même si je dois dire que le son, les scènes de jeu et l’ambiance générale de Green Rage sont remarquables. Battle Fleet utilise des graphismes très génériques, qui n’affectent en rien le plaisir ou la jouabilité du jeu. Les simples icônes ajoutent à l’aspect quelque peu nostalgique du jeu, à mon avis. Le démarrage propose un tutoriel (que j’ai perdu de façon embarrassante à plusieurs reprises face à l’IA de l’ordinateur). Lorsque vous le parcourez pour la première fois, vous prenez goût à ce que serait la commande d’une gamme d’armes de flotte, et ce n’est pas facile.

La stratégie ou le thème de Battle Fleet est assez simple : les méthodes de guerre navale tactique et la physique (avec des animations de vos plans). En fait, cela me rappelle un peu la Terre brûlée en 3D, mais sur l’océan bien sûr (où d’autre les navires se battraient, hein) ? Dans BF, vous et un ennemi AI informatique (ou un humain si vous préférez) vous affrontez en tête à tête. Il existe plusieurs modes de jeu parmi lesquels vous pouvez choisir, y compris un mode « hotseat » qui met chaque tour sur une minuterie (appelé mode « pas de kibitzing » pour les fans de Scorched Earth 3D). Vous commencez avec vos flottes respectives à des kilomètres de distance. Vous essayez ensuite de vous rapprocher de l’ennemi et de le détruire en détail, ce qui signifie que vous conduisez et contrôlez réellement les différents vaisseaux. Il existe une variété d’armes à monter sur vos navires (torpilles, canons de précision, armes de zone et de défense).Les porte-avions sont probablement les plus féroces, car ils permettent de bombarder l’ennemi à distance et de manière semi-précise à chaque tour.

Chaque arme touchée causera un certain nombre de dommages au navire ennemi, mais pas une destruction totale. Même un navire paralysé peut encore avoir des dents, et oui, vous pouvez vous endommager en faisant fonctionner vos navires ensemble (euh, j’ai déjà été là, j’ai fait ça). Hot Seat était probablement mon mode de jeu préféré, car il augmente vraiment la pression et l’excitation de fermer et de tuer les navires ennemis à chaque tour. Je me suis cassé le bras de ma chaise quand j’ai raté mon coup, et j’ai pompé le poing quand j’ai reçu un coup. J’ai commencé à penser à l’avenir comme un joueur d’échecs de bataille navale, et j’étais presque prêt à me porter volontaire comme amiral de la marine américaine à temps partiel lorsque ma frégate et mon cuirassé principal ont été détruits. Les caractéristiques de ce jeu sont variées et authentiques, rappelant les plus grandes batailles navales entre les forces américaines et japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale, incluant même des réponses vocales japonaises par ordinateur (une sorte de touche soignée). Vous pouvez également vous battre contre des adversaires sur Internet. Si vous voulez avoir une idée de l’expérience du commandement d’une flotte dans le Pacifique lors d’une bataille navale, c’est votre jeu. Il s’est très bien déroulé, même sur mon ancien iPad 1, sans incident, et ne fait que 40 millions d’euros environ.

UPDATE : 11/05/2012– J’essaie toujours d’être juste dans les évaluations de produits, mais je serai honnête en disant que j’aime donner aux vendeurs d’applications le bénéfice du doute. Les codeurs travaillent dur pour créer des logiciels comme Green Rage, qui sont non seulement amusants mais aussi uniques sur le plan artistique. J’ai écrit quelques lignes de code dans ma vie (plein de bogues), et bien que je ne fasse pas beaucoup plus que des scripts aujourd’hui, je sais le travail difficile qui est nécessaire pour faire un excellent logiciel. Les développeurs sont en grande partie responsables du succès d’Apple avec iOS, c’est pourquoi je salue tout particulièrement un fournisseur qui décide de manière proactive de retirer/réparer un produit. Jusqu’à nouvel ordre, le vendeur a décidé de retirer le produit en raison des premières plaintes des utilisateurs, similaires à celles mentionnées ci-dessous dans mon rapport. Je pense toujours que le jeu a un énorme potentiel de succès, donc je maintiens mon opinion que c’est un bon jeu, cependant suffisamment de plaintes d’utilisateurs ont convaincu le développeur d’y travailler davantage. J’applaudis cette décision, mais je tenais à le faire savoir à nos lecteurs. Le vendeur m’a informé que Green Rage reviendra sur l’App store à l’avenir, et je le couvrirai quand ce sera le cas.

Green Rage est l’un des jeux de plateforme les plus étranges auxquels j’ai joué, et les scènes, les fonds et les animations sont vraiment fabuleux, même si les graphismes agréables font que le jeu est un peu lourd à 200+M. La musique est un peu répétitive, mais elle correspond bien à la bizarrerie du jeu. Le monde détaillé est bien fait, et c’est le genre de jeu que j’aime probablement plus que les jeux de plates-formes traditionnels. D’abord, le petit gars que vous contrôlez ne court pas vraiment très vite. Au lieu de cela, il traîne un peu. Il peut sauter, mais c’est le seul autre mouvement d’action qu’il peut faire. Si vous maintenez le bouton de saut enfoncé, il sautera plus haut. Ok, alors qu’est-ce qui est si différent, vous vous demandez ? Il a un blaster ! Et dans ce monde (qui me rappelle une sorte de « planète de la casse », je suppose), vous avez besoin du blaster, parce que toutes sortes de créatures viennent vous chercher et vous tuer. La plupart viennent des airs… et plusieurs à la fois, donc le jeu est assez difficile à plus d’un endroit.

Oh, j’allais oublier… Vous avez aussi un champ de force/point de réapparition, une autre caractéristique unique, en ce sens que lorsque vous l’activez, vous fixez le point de réapparition de votre prochain jeu. C’est un concept plutôt astucieux, et cela vous protégera aussi des méchants. Le terrain, les obstacles et les ennemis sont tout aussi variés et uniques. Certaines choses rampent vers vous ou volent. D’autres sont des objets à éviter sur votre chemin. Mais en tuant les méchants et en récupérant les power-ups, le canon à main sera amélioré pour devenir un modèle plus grand et plus performant, de sorte que vous voudrez en tuer le plus possible. J’ai trouvé que le D-Pad et la disposition des commandes étaient un peu bizarres. Je les ai déplacés et ça en a aidé certains. Quand on tire, il faut utiliser le D-Pad de gauche pour contrôler l’angle, ce qui demande aussi un peu d’habitude.

Le jeu commence par une sorte d’histoire navigable, qui m’a troublé pendant une minute entière. Au début, j’ai cru que c’était l’écran de sélection des niveaux ou quelque chose comme ça. J’ai continué à taper sur l’écran sans résultat. J’ai compris que c’était l’introduction à l’histoire du jeu quand j’ai finalement noté les icônes en forme de flèche en bas, que vous devez parcourir à chaque niveau (un peu ennuyeux, mais pas obligatoire une fois terminé). Il est évident que votre personnage a des ennuis avec son commandant spatial, et qu’il se fait virer (littéralement par une botte qui lui monte au cul) de la planète par un trou de ver pour atterrir tête première sur le monde de la casse. Je suppose qu’il essaie de survivre pour revenir ou quelque chose comme ça. L’histoire ne m’importe pas beaucoup dans les jeux de plateforme, mais elle est là. Je pensais que c’était son père, et que c’était un gamin de l’espace, mais le développeur m’a donné le scoop que c’est son commandant qui donne la punition.

En tout cas, j’aime bien Green Rage, ne serait-ce que pour le petit extra-terrestre traînant et son étonnant blaster rapide. L’ambiance du jeu est saisissante, et c’est un de ces jeux qui mérite d’être essayé, mais hélas il y a eu quelques difficultés techniques à signaler. Il a planté sur mon iPod touch 4G à plusieurs reprises, même après une réinitialisation. Sur l’iPad 1, le jeu n’est pas jouable car le personnage n’est qu’un carré noir. J’ai informé le développeur et ils se penchent sur les plantages, mais sachez qu’ils ne prennent en charge que les appareils les plus récents, donc ce jeu ne fonctionnera probablement pas bien sur les anciens matériels et versions d’OS iOS. Le jeu ne semble pas non plus être resté en cache lorsque j’ai essayé le multitâche avec d’autres applications, et également aucun support de Game Center ou d’OpenFeint pour le moment.

Eh bien, c’est assez amusant pour cette édition. Je donne à ces deux jeux le label iPhoneLife, bien que Green Rage soit un peu rude sur les bords, je suis sûr que les développeurs s’occuperont des quelques problèmes que j’ai notés si possible, bien qu’il soit douteux qu’ils rendront le jeu rétrocompatible avec les anciens appareils. Vous pouvez vous procurer l’un ou l’autre des liens ci-dessus dans la section d’ouverture…

Restez à l’écoute de nos blogs iPhoneLife pour d’autres commentaires, nouvelles, conseils et astuces à l’avenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *