Ce que j’ai joué cette semaine : Un sac mixte et un nouveau sonic !

J’ai joué à plusieurs jeux pendant le week-end des vacances, alors voici le résumé rapide avant de faire les mini-revues. Sonnic Runners (gratuit) est un nouveau SEGA endless runner avec de nombreuses nouvelles fonctionnalités et des distractions gratuites. Décoloriser (gratuit) est un puzzle hors du commun, et Wormarium ($2.99) est un défi de labyrinthe qui rappelle vaguement certains classiques des jeux d’arcade. Mon préféré est Escape (gratuit) , un jeu de physique à défilement latéral qui exige un contrôle précis pour sauver les survivants de fusées qui se sont écrasées tout en évitant les obstacles sur la planète, mais j’ai joué et apprécié tous les jeux de cette édition de WIPTW postérieure au 4 juillet !

Maîtrisez votre iPhone en une minute par jour :

Inscrivez-vous à la newsletter « Tip of the Day » de iphonologie et nous vous enverrons chaque jour un conseil pour gagner du temps et tirer le meilleur parti de votre iPhone ou iPad.

SEGA a sorti SONIC RUNNERS la semaine dernière. J’ai essayé de saisir et de télécharger le jeu en ligne uniquement lors de sa sortie, mais il doit d’abord télécharger le contenu après l’installation et il n’a pas cessé de se synchroniser. Une mise à jour semble avoir réglé le problème. Sonic a subi un gros remaniement dans cette version, en ajoutant de nouvelles capacités et de nouveaux personnages de side-kick et tellement d’autres choses tape-à-l’oeil que je suis devenu catatonique pendant une minute entière. Les graphismes du jeu sont aussi très soignés. Les bonus via les anneaux et les mouvements généraux de Sonic ne sont pas différents de l’original ; mais bien sûr, les micro-transactions et les étranges schémas monétaires sont toujours présents. Les niveaux sont trop courts, contrairement au flash, à mon avis. Les publicités entre les niveaux et les écrans de chargement/progression sont odieuses et douloureuses. Le jeu est toujours un plaisir (une fois que vous y arrivez), donc si vous aimez Sonic (ou si vous êtes juste curieux de Sonic), allez le chercher. Sonic Runners est probablement de qualité suffisante pour justifier les absurdités entre les niveaux, ou peut-être pas. Je laisse au fan inconditionnel de Sonic le soin d’en décider.

Wormarium me rappelle un vieux jeu de labyrinthe (Pacman ou peut-être le vieux Snake ?) qui avait une relation avec Dig Dug qui a donné naissance à une progéniture hybride et rachitique. Le ver doit naviguer dans le labyrinthe qui est rendu en 2-D, sous terre, à la gloire d’un dessin animé. Votre travail consiste à piloter ledit ver dans le labyrinthe sans rencontrer la taupe sur votre queue (qui est plus petite que le ver ?). La taupe vous tue si elle vous attrape (même si elle semble plus petite ?). Vous pouvez « déjouer » la taupe en vous arrêtant à un carrefour en T, en la laissant passer juste derrière vous (certainement un vieux truc de Pacman), et en repartant à droite ou à gauche. Au moins dans Pacman, vous avez généralement réussi ce coup en vous approchant d’un powerup qui vous permettait ensuite d’allumer et de manger le poursuivant. Wormarium est amusant si vous oubliez que vous êtes un ver sans défense qui court dans un labyrinthe à points de jonction multiples avec une seule sortie ! Oh, et oui, vous ne pouvez qu’avancer, puisque vous êtes un ver après tout. C’est probablement un bon titre pour les jeunes joueurs qui veulent en savoir plus sur les vers et les taupes qui les mangent.

Decolorize est un jeu de réflexion décalé, mais intéressant, qui demande d’analyser une grille de disques (en particulier la direction de chacun), avant d’en sélectionner un. La sélection d’un disque entraîne le déplacement et l’effacement des disques vides ou le changement de vecteur dans la direction indiquée sur d’autres disques qui (comme celui que vous sélectionnez) portent également des indicateurs de direction arrondis. Vous avez tellement de tours dans chaque tour, et les nouvelles sélections de disques tombent après chaque tour. Des points supplémentaires sont gagnés en effaçant des rangées/colonnes entières et en allant chercher des disques de couleur, ce qui vous donne plus de tours pour euh, effacer plus de disques.

Enfin, la pièce de résistance est la folle évasion (c’est le titre et le point du jeu, je suppose). Astuce : il se joue très bien hors ligne, sans la folie publicitaire. Vous pilotez votre fusée 2D zigzagante vers la droite en évitant sans cesse les terrains en pente, les collines géantes et autres obstacles. Oh, oui, il arrive que vous rencontriez des passagers au sol qu’il faut récupérer, ce qui ajoute de la tension à la difficulté de contrôler le navire saccadé. Les tapotements permettent au navire de continuer à voler, et le fait de ne pas tapoter fait que le navire s’écrase sur le sol. Le navire le fait souvent, en particulier lorsque vous redémarrez et que vous n’êtes pas prêt à reprendre le contrôle ! Certains ont dit dans les commentaires d’iTunes qu’il s’agit d’une escroquerie à la Badland. C’est un peu comme Badland, mais en bien plus dur à mon avis. C’est aussi mieux, parce qu’il y a une fusée après tout… nuff dit !

C’est tout pour cette édition de WIPTW. Je dis qu’ils méritent tous au moins un essai (bien que Wormarium devrait passer au freemium, à mon avis), alors prenez-les aux liens fournis. À quoi jouez-vous cette semaine ? Faites-le moi savoir dans la section commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *