Le problème de la politique des kiosques à journaux scientifiques américains

Plus personne ne paie le plein prix pour les abonnements aux publications commerciales. Et s’ils le font, ils n’ont pas fait le tour du marché. La plupart de mes abonnements à des magazines sont maintenant sur l’iPad. Lorsque les éditeurs créent une application pour l’iPad, ils l’annoncent fièrement et indiquent aux abonnés actuels comment y accéder.

J’ai reçu une note de ce type de la part de Scientific American , et je l’ai revue dans le dernier numéro. Je suis abonné à plusieurs reprises depuis de nombreuses années. J’ai téléchargé l’application. Lorsque j’ai saisi mon compte, mon nom et les gribouillages de vérification, on m’a dit que je devais appeler le service clientèle. J’ai essayé plusieurs autres fois, notamment en utilisant l’approche par adresse complète. Toujours le même message : appelez le service clientèle.

J’ai fait une petite enquête sur l’App store. J’ai trouvé des commentaires négatifs sur l’App parce qu’il n’était accessible qu’à ceux qui payaient le plein prix de l’abonnement.

Maîtrisez votre iPhone en une minute par jour :

Inscrivez-vous à la newsletter « Tip of the Day » de iphonologie et nous vous enverrons chaque jour un conseil pour gagner du temps et tirer le meilleur parti de votre iPhone ou iPad.

Je ne pouvais pas le croire. Je viens de m’abonner à Inc. pour 10 $ pour 30 numéros, à Money pour 10 $ par an. Les deux avec un accès iPad. Pas de questions. Pas de problèmes. (J’appelle maintenant régulièrement les publications et je les mets au défi de proposer le prix le plus bas que je trouve en ligne, et toutes ont soit respecté le prix, soit proposé un prix encore plus bas).

Après avoir appelé le service clientèle pour le confirmer, j’ai résilié mon abonnement et demandé le remboursement des numéros restants. Scientific American a perdu un abonné de longue date, qui a perdu plus de 9 dollars de recettes qu’il avait perçues il y a près d’un an. C’est une mauvaise politique. S’ils avaient voulu me convertir au numérique uniquement, j’aurais renoncé à l’imprimé, mais ce n’était pas une option.

Scientific American doit revoir son modèle de prix et de service ou je parie que je ne serai pas le dernier abonné fidèle à annuler mon abonnement. Je vais maintenant placer mes numéros restants dans des housses de protection et les placer à côté de mes tektites, trilobites, iPod original, lampe à huile romaine, phalanges de dinosaures et autres artefacts comme objets à étudier d’une époque révolue.

Note à toutes les publications imprimées : Le passage au numérique pour le même prix doit être la prochaine étape. Je serais heureux de sauver quelques arbres, car je recycle désormais régulièrement un grand nombre de mes éditions imprimées à leur arrivée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *