Zuckerberg: «  Nous devons infliger de la douleur  » à Apple

Des fuites de communications privées révèlent la profondeur de l’hostilité du PDG de Facebook envers Apple

Mark Zuckerberg

Dans le cadre d’une longue analyse de la relation de Facebook avec Apple, le Wall Street Journal a obtenu un certain nombre de communications internes étonnamment vitrioliques. Ces commentaires permettent de mieux comprendre ce qui a conduit au conflit public de la fin de l’année dernière.

La relation a commencé à s’effondrer il y a des années. Après que le patron d’Apple, Tim Cook, ait analysé le modèle commercial de monétisation des utilisateurs de Facebook dans une interview télévisée, Mark Zuckerberg a répondu que les critiques de Cook n’étaient pas exactes. Mais le PDG de Facebook était beaucoup moins sobre en privé: « Nous devons infliger de la douleur » à Apple, a-t-il déclaré à son équipe.

Facebook s’est abstenu de faire de tels commentaires en public. Cependant, la société a embauché des lobbyistes et à chaque occasion, elle a affirmé aux autorités et aux politiciens qu’Apple abusait de son pouvoir sur le marché et méritait de faire face à plus de réglementation. Lorsque Epic a déposé sa plainte contre Apple, par exemple, le réseau social a voulu soutenir le développeur du jeu avec ses propres arguments.

Facebook a ensuite publié des annonces dans les journaux pour protester contre les nouvelles fonctions de confidentialité dans iOS 14, affirmant qu’une protection plus stricte des données sur les iPhones et les iPad menaçait l’existence de petites entreprises qui ne seraient plus en mesure d’atteindre des clients potentiels via Facebook.

Apple a répondu par une déclaration officielle brutale dans laquelle elle affirmait que les utilisateurs « devraient savoir quand leurs données sont collectées et partagées sur d’autres applications et sites Web – et ils devraient avoir le choix de l’autoriser ou non ». Cook lui-même a discuté de la question sur Twitter, qualifiant les changements d’iOS 14 de «simple question de défendre nos utilisateurs».

Notre point de vue

Le différend entre Facebook et Apple est loin d’être terminé. Cook et Zuckerberg représentent non seulement les entreprises qu’ils dirigent, mais aussi des visions radicalement différentes de l’avenir de l’économie numérique.

Les utilisateurs obtiendront-ils du contenu en ligne gratuitement, mais le paieront-ils avec leur confidentialité? Vont-ils acheter des appareils coûteux et doivent-ils vivre avec certaines décisions douteuses du fabricant, mais être capables de bloquer la publicité, le spam et les yeux trop curieux? Ou peut-on arriver à un compromis entre les deux visions? Cela ne deviendra apparent que dans quelques années.

Cet article a été initialement publié sur Macwelt. Traduction de David Price.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *