Steve Jobs a été sollicité par le créateur du LSD pour aider à promouvoir les utilisations thérapeutiques de ce médicament

Le regretté Steve Jobs a toujours été imperturbable quant à sa consommation de LSD, proclamant ouvertement que ses expériences avec cette drogue étaient « les choses les plus importantes que j’ai faites dans ma vie » et critiquant même Bill Gates pour ne pas s’être adonné à cette substance. Ces déclarations ne sont pas passées inaperçues pour Albert Hofman, l’homme qui a créé le LSD dans un laboratoire suisse dans les années 1930, qui a écrit une lettre à Steve Jobs en 2007 pour demander de l’aide afin de promouvoir ce produit chimique pour des études thérapeutiques. Cette lettre a été obtenue par Yahoo News , et est répétée ci-dessous :

Cher M. Steve Jobs,

Bonjour de la part d’Albert Hofmann. D’après les comptes-rendus des médias, vous pensez que le LSD vous a aidé de manière créative dans votre développement des ordinateurs Apple et dans votre quête spirituelle personnelle. J’aimerais en savoir plus sur la façon dont le LSD vous a été utile.

Je vous écris maintenant, peu après mon 101e anniversaire, pour vous demander de soutenir l’étude proposée par le psychiatre suisse Dr Peter Gasser sur la psychothérapie assistée par le LSD chez les sujets souffrant d’anxiété liée à une maladie mortelle. Il s’agira de la première étude sur la psychothérapie assistée par le LSD depuis plus de 35 ans, et elle sera parrainée par le MAPS.

J’espère que vous m’aiderez à transformer mon enfant à problèmes en un enfant prodige.

Sincèrement

Albert Hofmann

La dernière ligne de la lettre se rapporte au célèbre livre d’Albert Hofmann « Mon enfant à problèmes « , qui traite de sa découverte accidentelle du LSD et de la manière dont son utilisation abusive l’a conduit à devenir illégal et a fini par alimenter le mouvement de contre-culture des années 1960.

On ne sait pas si Steve Jobs a répondu à la demande. Albert Hofman est décédé un an après avoir envoyé la lettre en 2008, et Steve Jobs est décédé le 5 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *